Pourquoi les voitures électriques ne peuvent-elles pas se recharger toutes seules ?

Nous lisons souvent dans les journaux que les solutions de recharge des voitures électriques s’améliorent sans cesse. L’histoire veut que la recharge devienne plus rapide et facile que jamais. Les réseaux sociaux sont également inondés d’autres histoires sur les VE, notamment au sujet des technologies émergentes qui permettront aux véhicules électriques de s’auto-recharger ou du moins de se recharger passivement sans que nous, les conducteurs, ayons à les brancher.

Aussi courantes et largement que soient diffusées ces histoires sur les réseaux sociaux, elles ne reflètent pas la situation actuelle dans le monde des voitures électriques. Le fait est qu’à l’heure actuelle, nous ne disposons ni de la technologie ni de l’infrastructure nécessaires pour que les voitures puissent s’auto-recharger ou se recharger passivement. Dans cet article, nous allons tenter de répondre à la question brûlante que se posent de nombreuses personnes : pourquoi les voitures électriques ne peuvent-elles pas se recharger toutes seules ?

Première partie : L’auto-recharge des VE – Quelle est l’offre actuelle ?

Pour répondre à la question de savoir pourquoi les voitures électriques ne peuvent pas se recharger seules, nous devons avant tout nous pencher sur la question de la technologie. Si vous êtes propriétaire d’une voiture entièrement électrique ou hybride, vous vous demandez peut-être pourquoi nous parlons de ce sujet, car votre voiture peut déjà se recharger elle-même, n’est-ce pas ? 

Le freinage régénératif

Il est vrai que de nombreuses voitures électriques et hybrides sont équipées de systèmes astucieux et novateurs qui permettent de récupérer de l’énergie pendant que vous roulez. Il s’agit d’un système ingénieux qui convertit l’énergie cinétique en énergie électrique transférée et stockée dans la batterie de la voiture. Le conducteur appuie sur la pédale de frein, ce qui fait passer instantanément le moteur électrique en « mode générateur ». Une fois dans ce mode, les roues transfèrent de l’énergie via la transmission au générateur par leur rotation. Une partie de cette énergie cinétique est captée et stockée.

Il est judicieux de retenir que seule « une partie » de l’énergie est capturée, pas son intégralité. C’est un excellent moyen de maintenir votre voiture en état de marche, en particulier lorsque vous conduisez en ville et que vous utilisez beaucoup vos freins. Ce n’est cependant pas encore une technologie viable pour permettre à la voiture de se recharger complètement.

Les panneaux solaires

Une autre idée qui existe déjà est le concept de panneaux solaires sur la surface d’une voiture qui collectent en permanence de l’énergie et maintiennent la charge pendant que vous conduisez. Une équipe de développeurs néerlandais a mis sur le marché la Lightyear, basée sur un modèle qu’ils avaient déjà utilisé dans divers concours pour créer une voiture solaire viable. La Lightyear est tout simplement remarquable, et la société néerlandaise est passée de son concept de compétition à une voiture prête à rouler. Elle contient de nombreux panneaux solaires, tous placés sous une vitre de sécurité, et peut ajouter 10km d’autonomie par heure de recharge lorsque les cellules fonctionnent. C’est certainement suffisant si vous n’utilisez votre voiture que pour vous rendre au travail ou faire vos courses quotidiennes, mais ce n’est pas adapté si vous prévoyez des trajets plus longs ou une utilisation plus importante au-delà de ce cadre.

Ainsi, en matière d’auto-recharge, nous avons de très bonnes idées et nous sommes déjà sur la bonne voie pour accomplir notre objectif, mais nous avons encore du chemin à parcourir.

Partie 2 : La recharge passive des VE – Qu’est-ce qui existe ?

Outre l’auto-recharge, le concept de charge passive est également un concept que de nombreux amateurs de voitures électriques continuent d’attendre avec impatience. Un certain nombre de solutions intéressantes sont en préparation, dont deux des plus intéressantes sont expliquées ci-dessous :

Les robots de recharge autonomes de Volkswagen

Non, ce n’est pas le nom d’un jeu vidéo sponsorisé par Volkswagen, mais plutôt une solution inspirante et créative au besoin de recharge des VE. Le concept de Volkswagen est celui d’une petite armée de robots autonomes qui peuvent être appelés par une application ou une communication V2X. Une fois activés, ils se rendraient eux-mêmes à l’endroit où se trouve la voiture pour la recharger. Ils pourraient être installés dans des parkings et d’autres lieux où ils peuvent facilement atteindre les voitures en quelques minutes et permettre de les recharger pendant que vous êtes au travail ou même en plein milieu d’une journée de shopping.

Le chargement à induction

Si les robots ne vous attirent pas, cette possibilité y parviendra peut-être. Le concept de recharge sans fil s’est déjà imposé dans le monde des smartphones et des produits numériques, et il existe désormais des produits qui peuvent offrir la même chose à votre véhicule électrique. L’idée est de charger votre voiture par induction électromagnétique, ce qui fonctionne grâce à une paire de bobines, l’une dans l’unité de charge (émetteur) et l’autre dans votre voiture (récepteur). Entre elles passe un courant électrique qui est capté et stocké dans la batterie. Cela fonctionne déjà pour votre smartphone, alors pourquoi ne pas faire de même avec votre voiture ?

Un problème d’infrastructure

Avec ces deux options, le problème de l’infrastructure devient plus important. La technologie existe bel et bien, mais la question est de savoir comment l’appliquer à notre infrastructure nationale vieillissante. Cela devra se faire par étapes, et nécessitera sans doute de nombreuses années pour aboutir. Pour utiliser la technologie de l’induction comme exemple, voici comment cela pourrait se passer :

Étape 1 – appliquer la technologie au niveau de la maison individuelle, où certains produits sont déjà disponibles, on peut donc dire que nous sommes déjà à ce stade.

Étape 2 : déploiement des dispositifs dans les parkings du pays, ce qui ne nécessitera aucune fermeture de route ni aucune perturbation majeure du réseau routier.

Étape 3 – étendre le déploiement au réseau autoroutier, où les routes pourraient avoir une voie entière ou plusieurs voies équipées de dispositifs, ce qui permettrait aux voitures de se recharger en permanence tout en roulant sur l’autoroute.

En conclusion :

Pour résumer, la réponse à la question posée dans notre titre trouve sa réponse en plusieurs parties :

  • La technologie n’est pas encore au point – les plus grands cerveaux de l’industrie automobile y travaillent, mais il y a encore du chemin à parcourir.
  • Le manque de soutien politique – tant que les gouvernements ne soutiennent pas fermement l’idée, il est peu probable que nous assistions à des changements de politique qui nous amèneront au stade de l’auto-recharge.
  • Manque d’infrastructures – le point ci-dessus sur la politique est directement lié aux infrastructures, car un faible soutien politique signifie qu’il n’y a pas d’argent pour modifier les infrastructures.

Peut-être que cela se produira dans l’autre sens. Au fur et à mesure que la technologie s’améliore, les VE gagneront peut-être un plus grand soutien de la part du public et des gouvernements. Mais d’ici là, l’auto-recharge reste une utopie.